En ce moment
On analyse votre cerveau : des notions de neurologie utiles aux mentalistes

On analyse votre cerveau : des notions de neurologie utiles aux mentalistes

Il existe mille et un mythes à propos du cerveau. Certains disent que nous utilisons un cerveau droit, puis un cerveau gauche. D’autres disent que l’on utilise seulement 10% de nos capacités cérébrales… Loin de toutes ces légendes urbaines, nous allons ici vous présenter une notion purement scientifique qui met en évidence la manière dont notre cerveau sélectionne, analyse et retient les informations.

Quel rapport avec le mentalisme ? Vous comprendrez en lisant, mais le lien est énorme. Ce que vous allez découvrir un peu plus bas est l’explication scientifique du « pourquoi la manipulation fonctionne », « pourquoi les réflexes marchent ainsi » et « pourquoi j’arrive à mémoriser ceci mais pas cela », entre autre.

Apprenez comment votre cerveau fonctionne pour mieux vous en servir !

on analyse votre cerveau - sixieme sens mag

Tout d’abord quelques chiffres.

11 millions d’unités d’informations : c’est la quantité de données que notre cerveau est capable de percevoir simultanément. De la température ambiante aux couleurs qui vous entourent, vos sentiments, ceux de vos interlocuteurs, l’heure de la journée, la position des objets autour de vous, leur orientation, les textures, le bruit ambiant, le goût sont autant de choses que nous pouvons « recevoir » en même temps.

200 000 informations dont nous n’avons pas conscience sont traitées par le cerveau à chaque seconde. Seules 40 de ces informations arrivent dans notre partie consciente.

15 milliards de neurones peuvent se connecter dans le cortex cérébral, siège des informations conscientes, en quelques dixièmes de seconde.

Il est donc évident que nous ne percevons pas toute l’activité de notre cerveau, la question que l’on peut se poser alors est « Pourquoi? ».

Tout simplement car la dépense énergétique que cela entraîne est phénoménale, et que pour fonctionner rapidement, notre corps se doit d’aller à l’essentiel.

Une très bonne image illustre cela : vous souvenez-vous de la première fois que vous avez pris la route et conduit une voiture ? A ce moment là, votre cerveau était en train d’analyser consciemment des centaines d’informations, et de connecter de nouveaux circuits neuronaux pour vous aider à appréhender cette situation. Fort heureusement, la deuxième fois, cette activité s’est calmée et vous a semblé moins pénible. Et puis, avec l’habitude, la conduite devient plus facile. Imaginez que chaque fois que vous preniez le volant, cela soit aussi compliqué que la toute première fois, vous conduiriez bien moins souvent.

C’est la raison pour laquelle le cerveau se met à sélectionner ce qu’il doit traiter et analyser, pour que l’on puisse vivre chaque jour bien plus facilement.

thalamus

C’est le thalamus qui joue un rôle de filtre entre toutes ces informations pour savoir lesquelles vont arriver jusqu’à notre conscience. Une grande partie de nos actions conscientes seraient donc limitées par le thalamus pour éviter une trop grande dépense d’énergie, raison probable pour laquelle notre conscience est si souvent en veille.  Le reste est occulté par le cerveau, qui considère ces informations comme peu importantes ou déjà connues.

Ainsi, vous mémorisez de nombreux détails que votre cerveau considère comme acquis et dont vous n’avez même plus conscience : la couleur d’un banc devant lequel vous passez tous les jours, la place de votre chaise dans votre bureau, comment gérer votre équilibre pour ne pas tomber en descendant un escalier alors que vous êtes au téléphone. Tout cela est pris en charge par une partie du cerveau qui vous permet de fonctionner de manière « automatique » pour mieux vivre au quotidien.

Le rôle de ces automatismes mémorisés qui prennent le pas sur vos actions réfléchies est d’autant plus important que la conscience peut voyager dans le passé et l’avenir. Pendant qu’elle s’y transporte, c’est l’inconscient qui prend le pas sur nos actions. L’inconscient est donc ce qui gère notre quotidien à notre place, dans l’instant présent, dans la plupart des situations.

Autre fait notable : la moitié du cerveau est utilisée pour traiter des informations visuelles.  Et sur les 180 degrés d’angle que nous pouvons percevoir, notre vision n’est bonne que sur 1 degré. Concrètement, il faudrait que notre cerveau soit 500 fois plus gros pour pouvoir traiter l’intégralité de notre panorama de vision en haute définition. Nous ne sommes donc efficaces pour observer qu’une toute petite partie de notre environnement à chaque coup d’oeil.

Parallèlement, les deux sens les plus pris en compte sont le toucher et l’équilibre : ils prennent le pas sur les autres sens et sont donc d’une grande importance.

« Nous créons notre propre réalité par la manière dont nous choisissons de percevoir le monde extérieur. » (Elliot Perlman, Ambiguïtés)

Sommes-nous victimes de ce fonctionnement ou pouvons-nous l’améliorer et tenter d’en tirer le meilleur ?

Les deux réponses se valent en terme de mentalisme et autant vous allez pouvoir utiliser les processus inconscients, autant vous allez pouvoir entraîner votre cerveau à devenir plus performant.

D’une part, l’utilisation prolongée du cerveau fortifie les connexions et la capacité d’apprendre augmente. D’autre part, en sachant comment nous fonctionnons, vous pouvez l’utiliser pour la magie de spectacle, mais aussi pour influencer.

Par exemple pour faciliter la mémorisation, associez une donnée à une émotion (couleur, musique, geste) :  en créant ainsi plusieurs connections, le cerveau se souviendra beaucoup mieux de ces données. Par exemple, vous êtes « visuel », les couleurs vous parlent, vous créent une émotion, associez des couleurs à une liste, vous la retiendrez aisément.

Aussi, ne vous fiez pas à vos automatismes lorsque vous analysez une situation : observez les détails, soyez vigilants, posez-vous des questions. De même, si vous faites plusieurs choses en même temps, prenez garde aux situations dangereuses, telle que descendre les escaliers ou conduire, car votre cerveau (en train de parler, rêver, lire) est alors en mode « automatique » et donc moins attentif aux éventuels changements qui pourraient survenir.

Enfin lorsque vous dialoguez avec quelqu’un, n’oubliez pas que son cerveau va appliquer des filtres pour comprendre et mémoriser ce que vous lui dites : soyez clair et concis pour faire passer vos idées, et attentif aux signaux les plus efficaces pour lui. Il sera plus facile de vous faire comprendre si vous saisissez les « circuits » de pensée qu’il a déjà connectés plutôt que d’insister en l’obligeant à ingérer plus d’informations qu’il ne le peut. Typiquement, une personne en train de marcher au milieu de la foule en cherchant quelqu’un a déjà le cerveau saturé, pas la peine de lui demander à ce moment là un raisonnement compliqué.

Quant à détourner l’attention, vous avez certainement compris que l’astuce de magicien « Regardez bien, cette main à gauche est vide, il n’y a rien dedans » se base sur le fait que si vous regardez avec attention par ici, il a tout le temps de préparer son tour de l’autre main, celle à laquelle votre cerveau ne prête plus attention…

Avez-vous déjà d’autres idées d’application ? Elles seront les bienvenues, d’une part pour que l’on en discute, d’autre part pour qu’on les essaie. Cet article a-t-il changé votre façon de voir les choses ? Discutez-en dans les commentaires !

Pour en savoir plus sur le sujet, vous pouvez consulter le documentaire Le cerveau et ses automatismes d’Arte TV, ressource partagée sur notre forum par Grumly

À propos Mina_

Mina_

43 commentaires

  1. Excellent article! Le cerveau est toujours un sujet tres passionnant,il est vrai qu’en apprenant plus sur lui nous l’utiliserons beaucoup mieux et de maniere optimale.Il y en a tellement a dire sur ce qu’un cerveau mieux compris peut modeler sur notre vie.

    • Merci levano! Effectivement il y a énormément à dire sur le sujet. J’essaie de faire des articles pas trop long (pour que nos « cerveaux » ne soient pas saturés :p), mais d’autres vont suivre dans la même veine. A bientôt donc!

  2. Félix

    J’ai adoré cet article, je ne connaissais pas du tout ce fonctionnement. Ça donne envie d’en savoir plus, j’espère qu’on aura droit à d’autres articles sur le cerveau genre neuro-psycho.

  3. Super article ! j’ai adoré ne serait-ce d’une part pour la culture générale et secondement pour le domaine du mentalisme.

  4. Article vraiment très intéressant, et surtout, enrichissant !

    Je n’avais pas connaissance de toutes ces choses jusqu’alors.

    Au réel plaisir de te lire,
    Hugo.

  5. Au top Mina ! T’as géré :)

  6. Merci pour ces infos, très intéressant !

    Bravo

  7. super article, il m’a appris plein de chose. :)

  8. Énorme article j’ai beaucoup aimé! La citation était très bien placé, rien à dire! :3

  9. Grum-Lee

    Excellent Mina!

    Je savais que ce docu t’avait inspiré, mais à ce point…. hehe (^_^)

    Pour complément d’info, l’angle très réduit ou la vision est optimale s’appelle la Fovea. Et cee phénomène explique parfaitement toute la difficulté pour un mentaliste à progresser en cold-reading, et ainsi être capable de relever le maximum de détails possibles ;-)

  10. On comprend mieux pourquoi notre cerveau utilise près de 20% de l’énergie alimentaire et près de 20% de l’oxygène consommés par notre organisme, pour seulement 2% du poids de notre corps…

  11. Article très instructif. Merci pour ttes ses infos, ça me donne envié d’en savoir davantage.
    Vivement d’autres chroniques.

  12. Je suis médecin féru de neuroscience et ton article est super et fait un nouveau lien avec les mentalistes. Ne pas oublier aussi le phénomène des neurones miroirs qui peuvent nous intéresser.

  13. William

    Super l’article !

    C’est là qu’on comprend à quel point il est facile de détourner l’attention de quelqu’un, de le focaliser sur quelque chose sans important pour qu’il évite le sujet le plus important.
    Comme tu l’as dis dans ton exemple, c’est le coup du magicien qui montre une main pour attirer l’attention et au final faire son tour avec l’autre main. Presque une métaphore cet exemple ^^.

    A bientôt et bonne journée à tous !

  14. Très bon article. Félicitations

    Phil.

  15. Salut a tous ! Baolethal peut-tu expliquer en quoi consiste les neuroness miroires ?

    • Salut Santoryo! C’est un type de neurones qui s’activent lorsqu’on regarde quelqu’un et nous permettent de « ressentir » ce qui vit : ils servent dans les processus d’apprentissage et d’empathie. Exemple si tu donnes une bouchée à un petit enfant, tu as tendance à ouvrir la bouche toi aussi… ce sont les neurones miroirs qui agissent. Ce processus est complexe mais en voici les bases. Je laisse Baolethai éventuellement préciser tout cela :)

  16. Merci pour cet article instructif et trés explicite. Le cerveau nous dévoile une face qu’on ignorait de nous même.

  17. MentalZen

    Salut à tous,

    Mina, excellent article, très détaillé.

    Bravo.

    Sache que l’on peut aller beaucoup plus loin .

    On peut utiliser les connaissances neurologiques pour l’hypnose, la manipulation mentale, l’influence…

    Je ne te cache pas, qu’avant, j’utilisais surtout les techniques de manipulations basiques pour convaincre les gens, les influencer, à mes débuts, quand je m’intéressais au mentalisme; mais aujourd’hui, j’utilise beaucoup plus les automatismes du cerveau humain et ses techniques sont infiniment plus efficaces à mon goût.

    Donc oui, je confirme, connaître le cerveau humain est bien plus efficace que n’importe quelle technique à mon goût. Tu me suis.

    Bref, félicitation Mina.

    • Merci Narcisse pour ton commentaire. Effectivement, on peut aller beaucoup plus loin, mon prochain article parlera des « automatismes » que tu évoques justement. Je « te suis », comme d’hab ;)

  18. MentalZen

    Malheur !

    Je suis découvert ! Héhé :)

    Je t’en prie, c’est mérité .

    Vivement ton prochain article Mina !

  19. j’ai adoré cet article, le cerveau humain est plein de surprises.
    j’ai une question, est-ce possible de plus exploiter notre cerveau? de depasser les 10% qu’on utilise normalement?

    • Bonjour Sou, les fameux « 10% » est une donnée qui a frappé les mémoires mais ne veut rien dire en soi. Je crois que cela veut dire que nous utilisons à chaque instant 10% des compétences, mais l’instant d’après, nous utilisons 10 autres pourcent, etc…
      Quel est ce dixième utilisé, la science a beaucoup de difficultés à savoir ce qu’il est justement, et nous en sommes aux balbutiements de découvertes des capacités du cerveau. Cela dépend des gens, et c’est totalement différent dans les cas d’autisme par exemple. Pour essayer de savoir comment nous utilisons nos compétences, il faut faire des micro-expériences, sur de tout petits processus. Mais lorsqu’il s’agit de processus complexes, tout est entremêlé et difficile à décrypter.
      Quoi qu’il en soit, il est possible de « muscler » son cerveau et en particulier la mémoire, en l’utilisant régulièrement. Les raisonnements type logique et mathématique peuvent aussi être améliorés ou se perdre, nous en avons la preuve avec les tests de QI dont les résultats évoluent avec l’âge.
      J’espère t’avoir éclairé(e).

  20. Cet article je le connaissait déjà. J’ai lu des livres sur le cerveau humain et ça m’a impressionné moi aussi au debout. Tu as très bien fait de partager ces information sur « Sixième Sens » ^_^ .

  21. Très bon article, de bonne base pour commencer à faire attention à notre fonctionnement.

    Un bon style d’écriture avec des métaphores, des exemples et de belles couleurs. Bref un article agréable à lire!

  22. Plutôt complet, tu insistes sur des faits que je ne connaissais que vaguement.
    Pouvons nous espérer un deuxième article qui approfondira les choses? ;)

  23. Je ne sais pas si c’est à force de me faire des auto-hypnoses dans lesquelles je emande à l’inconscient de ramener les choses à la conscience, mais je sature de plus en plus vite… Incapable aujourd’hui de faire 3 choses en même temps comme toute femme normale (pardon messieurs, mais c’est vrai quoi, c’est prouvé, vous ne savez pas faire ça…).
    Du coup, l’astuce d’associer des données à des émotions m’intéresse énormément !
    J’adorerais avoir plus d’info sur le sujet, car là tout de suite je ne vois encore pas très bien comment ça va me permettre de surveiller les devoirs des gosses tout en faisant à manger et en répondant calmement à la petite dernière que je dois torcher tout en répondant au téléphone sans me prendre le chat dans les pattes…

    • Bonjour Laure! Effectivement, l’auto-hypnose telle que tu la décris peut être perturbante pour ton fonctionnement, c’est une des conséquence à laquelle il faut s’attendre lorsqu’on commence ce genre de « thérapie ».
      Maintenant, ce que tu décris avec tes enfants, ta situation de femme au foyer… et ton sentiment par rapport à ça… n’est pas complètement bizarre. De nombreuses maman décrivent cela.
      Bon courage et reviens nous dire si ces quelques astuces t’ont aidé! :)

  24. très bon article. j’aime bien le faite d’associer la couleur a une émotion. c’est une très bonne idée !!

    • Ce principe est proche de la synesthésie : association involontaire de couleurs ou images à des chiffres, des équations, ou des idées – sauf que dans ce cas, on le fait consciemment, pour aider la mémorisation, et que les synesthètes eux, en sont « victime ».

  25. Merci! Très bon article! Je n’ai pas réellement fait le lien avec le mentalisme mais ça a enrichie ma culture sur un sujet inconnue pour moi! Encore Merci!

  26. salut!franchement oui,oui cet article ma complètement ouvert les yeux sr cette partie du cerveau!
    Pour les magiciens cela ne m’étonne meme pas,je le faisait aussi avec mes petits frères,mais je ne voyais pas les choses de cette façon.c’est très intéressant,je crois que je vais plus me pencher sur ces informations,cela m’aidera pour mon evolution en tant que apprenti-mentaliste! merci

Poster une réponse

Votre adresse email ne sera jamais publiée. Les champs obligatoires sont indiqués *

*

one × 5 =

Remonter