En ce moment
Le Clash des Clans : Analysez le territoire de votre interlocuteur

Le Clash des Clans : Analysez le territoire de votre interlocuteur

Cette article est la suite (et fin) du billet : « à quelle tribu appartenez-vous ? » que l’on vous recommande de lire avant celui-ci.

La dernière fois, je vous parlais « gourdin » et « cocktail banane-kiwi ». Aujourd’hui au programme : la famille et les amis.

L’espace familial

La maison de famille

La maison de Famille, la seul et l’unique, celle qui possède dans ses murs la tendre innocence de votre enfance…

Vous connaissez cette vieille tradition qui oblige « presque » les enfants à conserver la maison de leurs parents, et même à l’entretenir. Mais jamais au grand jamais à la vendre !

Pourquoi un tel attachement ? Les souvenirs, la famille, le lieu etc.

Vendre la maison des anciens c’est vendre sa famille, vendre une partie de soi, vendre son passé ! Alors on la garde, jusqu’à ce que la dite maison tombe toute seule, tel un château de cartes balayé par le vent. Et vendre le foyer de la famille c’est vendre le cœur de la famille.

Laissez moi vous proposer un jeu (j’aime les jeux). Levez la main ceux qui n’en ont rien à faire de se faire braquer leur baraque ? Ou que son chez soi parte en fumée. Ahah ! Il y a plus grand monde au balcon là ! Et c’est bien normal. Les citoyens détestent perdre leur maison, qu’on s’introduise dedans ou qu’on la pille. C’est comme un viol ! On a attaqué la famille, on a attaqué l’espace familial !

Ce mode de pensée (défendre maison) nous vient encore une fois de nos vieux ancêtres : les gorilles sans poil. En ces anciens temps où le danger était omniprésent. Le foyer était le seul endroit où l’on se sentait en sécurité. Alors, quand un clan adverse ou un mammouth, venait vous mettre la tente par terre ça chauffait pour lui ! Il fallait se défendre, montrer que s’attaquer à la famille, et à la maison, c’était pas bien, mais alors pas bien du tout.

Et là vous vous redîtes : « mais nous, on est pas des bourrins avec des gourdins ! » Eh bien si ! D’une certaine façon nous sommes tous des hommes préhistoriques. Pour défendre leur foyer ils avaient des gourdins, nous on a des chiens, des portails, des caméras, des nains de jardin (c’est pas une blague), un œil de bœuf, des écriteaux « chien méchant », et plus implicitement, des paillassons etc.

Guerre de voisinage, guerre de tribus, guerre de famille !

« Entre voisin, une haie préserve l’amitié ».

Et ce n’est pas faux ! Vous avez un bon voisinage et vous n’avez pas de haie ? Félicitations vous êtes un des rares français à ne pas être embêtés par vos voisins.

Votre territoire familial, c’est votre territoire ! Il est bien défini et vos voisins n’ont rien à dire (sauf si vous empiétez sur le leur). Mais, il y a une chose qui passe les frontières : le son !

On a déjà trop de sketch montrant l’humoriste tapé avec un balai son plafond pour montrer à l’étudiant fêtard d’en haut qu’il n’est pas content du bruit.

C’est parce que le son de l’étudiant a pénétré la frontière du voisin d’en dessous.

Une citation dit : « Celui du dessus fait du bruit sur son plancher, c’est chez lui, c’est son droit ! Mais par un fait tout à fait étonnant, son plancher c’est mon plafond ! »

Pour la petite info : l’intrusion sonore est vue différemment selon les cultures. Par exemple nos amis rosbif (je plaisante évidemment) sont de grands adeptes de la conspiration…euh.. du parler doucement (très mal vu chez les américains qui pensent que les anglais conspirent en permanence). C’est chez eux une marque de bonne éducation. Alors que nos amis mégalomanes d’Outre Atlantique sont adeptes du parlé fort (très mal vu chez les anglais). C’est une marque de convivialité.

Mémo :

  • Le territoire familial est le plus protégé car le lien du sang y est très présent;
  • Le territoire familial est en mouvement quand la famille l’est aussi;
  • Le chef de la famille est le chef de clan;

Le Territoire personnel

« Qui c’est qu’à encore pris ma cuillère ?! »

Et oui, même à l’intérieur du clan familial existe d’autres clans : les clans personnels. Ce sont des clans composés d’une seule et même personne. Vous, vous avez un clan personnel : c’est vous ! Et votre clan personnel à ses lois et quand on attaque votre clan personnel vous ripostez.

Votre frère vous prend votre téléphone, c’est une attaque personnelle alors vous réagissez.

Le territoire personnel ponctuel

Mais parfois, souvent, le territoire personnel change : au lycée, vous avez une place et on vous demande d’en changer : votre espace personnel se déplace.

Alors, quand on change de place, on « redécore sa nouvelle place le temps d’un cours » on y pose SA trousse, SON cahier, SON portable Etc. En bref, quand le territoire personnel change on se le ré-approprie, et il n’y a pas intérêt à ce qu’on vienne l’attaquer.

Mais attention, Cela ne veut pas dire que si le charmant jeune homme de devant (ou la charmante jeune fille) vous demande votre gomme il va vous attaquer. Bien au contraire, c’est une marque de respect que de vous demander vos affaires poliment. Par contre si ce charmant jeune homme (ou charmante jeune fille) vous prend votre gomme sans vous demander, et sans rien vous dire, alors, d’une, il est très impoli, et de deux, il ne vous respecte pas (si vous êtes dans ce cas là : bossez votre charisme et votre répartie).

TOUT N’EST PAS UNE ATTAQUE CONTRE VOUS !

« ça c’est à moi, ça aussi… ça aussi, euh non, tu touches pas à ça c’est à moi »

Reprenons l’exemple du lycée : votre place c’est votre place n’est ce pas ? Mais pourtant elle n’est pas à vous. Elle est au lycée. Et pourtant, si on ose se mettre à votre place vous sortez les griffes. Et vous le faîtes gentiment remarquer.

On s’approprie très souvent des choses qui ne sont pas à nous car on y a posé les fesses deux minutes : c’est mon banc, mon fauteuil, mon stylo, mon prof etc.

Conclusion

A travers ces deux articles, j’ai essayé tant bien que mal de vous montrer l’importance de la communication. Si vous entrez dans le territoire personnel sans y avoir été invité vous serez très mal perçu, et votre communication sera stérile.

L’importance des territoires est très importante, pensez à analyser chaque territoire, cela vous prendra 10 secondes et pourra vous sauver une négociation, une communication etc.

N’hésitez pas  non plus à analyser les « phrases de transfert » : votre collègue vous invite chez lui pour la première fois (transfert de la zone tribale (votre boulot) à la zone familiale (sa maison) : pourquoi veut-il vous inviter ? Pour vous « clasher » ? Peu probable, c’est un collègue. De plus il m’a invité avec un grand sourire.

Cet exercice d’analyse est excellent pour vos relations et pour développer votre esprit social critique, de logique et de déduction.

Source : LA BIBLE de la communication non verbale, Jean Claude Martin (Excellent livre)

À propos Malo

Malo
Malo est passionné de communication, de mentalisme, de lecture, de chats trop mignons qui jouent du piano, d'écriture, de théâtre, de musique, de peinture, du corps humain, des cultures étrangères... Au grand malheur de sa calculette, Malo n'aime pas les maths, la biochimie, le pétrole, la théorie du tout et Pythagore.

4 commentaires

  1. Merci pour ce nouveau article :)

Poster une réponse

Votre adresse email ne sera jamais publiée. Les champs obligatoires sont indiqués *

*

14 − 5 =

Remonter