En ce moment
L’effet docteur Fox, ou comment duper une foule de spécialistes en toute simplicité

L’effet docteur Fox, ou comment duper une foule de spécialistes en toute simplicité

J’ai envie de partager avec vous aujourd’hui un effet assez intéressant, j’ai nommé l’effet docteur Fox, que je rapprocherai ici du syndrome du scientifique. Le but est de réussir à emporter, coûte que coûte, l’adhésion de son auditoire… En se faisant passer pour un scientifique pur souche, ou tout du moins un homme de confiance.

 

Rappel sur l’étude originale

L’histoire prend sa source dans une étude américaine de 1973, publiée dans le Journal of Medical Education. Il s’agissait alors de voir ce qui permettait de juger la qualité d’un professeur : le contenu du cours, ou le charisme de l’enseignant ? Pour chercher à démêler cette question, une conférence fut mise au point, portant sur la théorie des jeux et son application à la médecine. Sauf que l’entièreté de la conférence n’était qu’un incroyable tissu de bêtises, sophismes et autres contradictions plus ou moins apparentes. Et pourtant, les 55 spécialistes qui ont pu assister à la conférence ont tous prêté crédit à ce formidable docteur Fox.

 

Mais comment des spécialistes, parmi lesquels psychiatres et psychologues, ont-ils pu se laisser berner par cet homme? Le prétendu docteur Fox était en fait un acteur, aussi avait-il tout le panel des différentes intonations et du jeu d’acteur pour essayer de rallier son auditoire. Mais ce n’est pas tout ; le personnage, créé de toute pièce, a été présenté à la foule comme étant un véritable expert du sujet, et comme un élève de l’un des fondateurs de la théorie des jeux, Von Neumann. Ainsi, les différents spectateurs ont immédiatement baissé leur garde. Comment en effet pouvoir mettre en doute les propos d’une telle éminence (bien que l’histoire des sciences nous montre sans cesse que même les plus grands scientifiques font des erreurs, et que c’est précisément ce qui permet à la science d’avancer – citons Cantor et sa théorie des infinis, qui finit par se suicider car personne ne prêtait crédit à ses dires, théorie qui est pleinement admise aujourd’hui) ?

 

L’habit ne ferait pas le moine, docteur ?

On pourrait aussi citer d’autres biais du même type ; l’article du Monde nous précise que l’homme était habillé en costume-cravate, et il a été démontré que l’on prête aux gens élégants, de manière inconsciente, une intelligence supérieure – sans que ce soit forcément le cas, bien entendu. Le mythe du self-made man en costume-cravate ? Aussi Schopenhauer peut-il se retourner dans sa tombe : il ne serait même pas utile de parler pour avoir déjà gagné son auditoire, quand bien même composé de spécialistes !

 

Le sujet portant sur la théorie des jeux, sujet intimement lié au domaine des probabilités, il est probable que notre docteur Fox ait pu tirer parti du syndrome du scientifique. On a en effet une forte tendance à croire ce que les scientifiques nous racontent, quoi qu’ils puissent dire – la science ayant permis de bâtir notre société actuelle, pourquoi en effet ne faudrait-il pas croire ces braves gens. Et le fait est qu’un discours que l’on parsème de petits bouts de science, tels des pourcentages, aussi truqués soient-ils, paraît tout de suite beaucoup plus convaincant. Prenons un exemple simple, faites le test sur vous-même :

 

Beaucoup de gens estiment avoir eu un contact avec l’au-delà.

Environ 53% de la population déclare avoir eu un contact avec l’au-delà.

 

Théoriquement, la deuxième phrase devrait vous sembler plus convaincante… Et pour cause : pourcentage, vocabulaire emprunté au monde scientifique… Malgré le sujet folklorique, on aurait plus tendance à prêter crédit à la deuxième déclaration.

 

Voilà donc tout ce qui a pu amener notre bon docteur Fox à convaincre son auditoire. Habillement, jeu d’acteur, aura d’expertise, effet ‘blouse blanche’… La question est maintenant de savoir si tout cela peut être utilisé à notre compte, c’est tout de même ce que l’on recherche ici.

Et vous, avez-vous pu déjà expérimenter, voire même tirer parti de ce genre de biais ? Pensez-vous que cela puisse marcher, et si oui, y a-t-il un public cible ?

 

 

Note de l’équipe : et pour suivre l’ancien blog de Wakes, c’est par ici !

À propos Wakes

Poster une réponse

Votre adresse email ne sera jamais publiée. Les champs obligatoires sont indiqués *

*

one × three =

Remonter