En ce moment
Manipulation Toxique : Le Journal Intime d’Une Victime

Manipulation Toxique : Le Journal Intime d’Une Victime

J’ai toujours souhaité écrire un article sur les manipulateurs toxiques, mais internet  regorge déjà d’un bon nombre de sites, d’articles et de textes sur le sujet.

Une de mes proches, Laureen, a été victime de ce qu’on appelle un manipulateur-pervers, elle a accepté que je retranscrive son histoire afin que je puisse vous faire vivre l’intérieur de l’enfer qui a été le sien.

Je ne vais pas m’épancher sur les agissements du manipulateur mais plutôt sur le vécu de Laureen, afin de vous faire entrer dans un monde sombre et oppressant, qui est le quotidien des victimes de tels agissements. Nous espérons que cet article vous aidera à mieux prendre conscience de votre situation si vous vivez quelque chose de similaire… et surtout à éviter de reproduire un schéma relationnel similaire.

Vous allez voir de quelle manière une situation peut dégénérer, sans qu’on ne comprenne ni pourquoi, ni comment, sur le moment. Très bonne lecture à tous.

UN DÉBUT PROMETTEUR

Fred était un ami, bel homme, séducteur, drôle, sportif, il avait son entreprise … un personnage haut en couleur.

Nous nous sommes mis en couple, j’étais une véritable princesse, couverte d’attention et de cadeaux, il était toujours aux petits soins pour moi.

Dieu sait combien je pouvais aimer cet homme, puis une année est passée, nous avons pris un appartement….. et les problèmes ont commencé à s’installer doucement, progressivement…. sournoisement…..

DÉBUT DE NOTRE VIE COMMUNE : Ambiance électrique et incompréhension

Par moment, Fred est agressif avec moi.

Je ne comprends pas forcement les raisons de ses emportements, ce qui nous vaut quelques disputes, il suffit que j’oublie la moindre chose ou que je n’abonde pas dans son sens pour qu’il s’énerve… il ne reconnaît jamais ses torts, et ne s’excuse pas, peu importe le sujet..

Je me sens désemparée face à son exigence impitoyable mais je cherche surtout à relativiser, après tout personne n’est parfait, je reconnais que je suis un peu « tête en l’air » quand je suis fatiguée.

Au fil des mois, un climat stressant s’installe dans notre foyer, je fais attention à tout pour ne pas l’entendre, préférant avoir la paix.

Fred reste agréable à vivre si je ne fais pas « d’erreurs » et j’aime quand il se montre amoureux comme à nos débuts, il a l’art et la manière de savoir me faire rêver.

Une série de licenciements débute à mon travail, je me retrouve au chômage… déjà que j’ai quelques soucis financiers, je suis maintenant dans une situation inconfortable, alors Fred propose de m’embaucher en tant que secrétaire, le temps que je retrouve un nouvel emploi, j’accepte par nécessité plus que par envie.

Me voici donc secrétaire à mi-temps….. et il me donne un travail de comptable, je n’y connais absolument rien.

compatble

Il me laisse quelques vagues explications sur ce que je dois faire et part travailler au chantier, je dois me débrouiller seule et sans aide.

Il me sermonne souvent sur mon incompétence et ma lenteur, de manière insidieuse, jamais directement, mais le message passe quand même et s’ancre bien dans mon esprit, à force qu‘on me répète que je suis inefficace, aussi bien chez moi qu’à mon travail, le doute commence à s’installer en moi, je ne suis plus vraiment certaine de mes qualités.

MILIEU DE VIE COMMUNE : La destruction mentale

Tiens ?? j’ai maigri….

Il me stresse chez moi, il me stresse au travail, je vis dans un stress permanent.

Je suis sa secrétaire, sa comptable, sa femme de ménage, sa cuisinière, je fais les courses, je ne m’arrête plus, je suis fatiguée. Pourquoi j’ai ce sentiment de ne pas être à la hauteur ? Et à la hauteur de quoi ? Des questions sans réponse se bousculent sans cesse dans ma tête.

Fred n’est pas en forme en ce moment, son entreprise va mal, un redressement judiciaire est en cours.

Quand il rentre le soir, il se vautre dans le canapé, ou devant l’ordinateur, plus ou moins déprimé. J’aimerais pourtant qu’il m’aide un peu, mais je n’ose pas lui dire à cause de ses problèmes, je ne veux pas qu’on se dispute en ce moment, de toute façon il saura me faire culpabiliser avec son travail physique, dans le froid, et les soucis qu’il rencontre avec sa boite.

Je tente tout de même de lui parler, de lui expliquer qu’il se montre oppressant avec moi et qu’il pourrait faire un effort, mais je m’adresse à un mur, il préfère fuir toute forme de communication, il n’arrive pas à comprendre que la situation n’est pas évidente pour moi.

Fred s’emporte de plus en plus violemment quand je lui reproche quelque chose, il me fait peur et il le sait. Je n’ose presque plus le contredire, je me sens mal à l’aise et je commence à redouter les moments où nous sommes ensemble.

Lasse de mon train de vie ainsi que de l’entendre crier régulièrement, j’abdique souvent, pour tenter de passer une bonne soirée, elles se font rare.

anxiete-et-angoisse

Je me rends compte qu’il y a un problème entre nous, il faudrait peut-être que l’on se sépare mais je suis déjà bien trop enfermée dans ma culpabilité liée à ses problèmes actuels, je préfère fermer les yeux en attendant de retrouver l’homme que j’ai connu à nos débuts, je l’aime toujours malgré tout, alors je pardonne ses nombreux écarts de conduite, mais je sais pertinemment que c’est une erreur, je m’en veux de tout accepter mais il y a quelque chose qui me bloque …L’amour ? la peur ? Toujours aucune réponse.

C’est un sentiment de stupidité qui m’envahit à présent.

Je continue à perdre du poids…. beaucoup de poids….

L’entreprise à coulé, Fred ne cherche pas de travail, nous vivons sur mes indemnités, lui, il se lance corps et âme dans le sport.

Je suis souvent seule, je ne vois presque plus mes amis, ils me posent trop de questions blessantes en rapport à mon physique chétif, sur ma vie de couple ou sur la joie de vivre que j’ai perdu. J’ai honte…

Quand nous recevons les amis de Fred, il prend un malin plaisir à m’humilier devant eux avec ses remarques sur mon corps, il le fait toujours avec humour, ça masque la méchanceté…. je finis par m’isoler complètement, ne souhaitant plus voir personne, dorénavant quand il y a quelqu’un, je vais me cacher dans ma chambre….. Fred me le reprochera aussi par la suite….

Les moqueries et les reproches sont devenus mon quotidien, j’entends continuellement que je suis trop maigre, trop moche, trop chiante, que je fais « la gueule », que je ne comprends rien à rien.

Il m’arrive de chercher par moment un peu de réconfort auprès de lui, j’ai besoin d’un minimum d’affection, d’être rassurée, mais la aussi, il me repousse…. je ne peux que compter sur sa libido pour avoir un contact, mais je n’ai plus envie….. alors il va voir ailleurs ….

Je ne sais plus quoi faire, j’ai perdu toute confiance en moi, en mes capacités je continue de maigrir, je n’ai plus de repère, plus d’amis, pas d’argent et j’habite loin de ma famille….. je suis coincée, je me rends compte que cette situation est inacceptable et je suis incapable de réagir….. où sont passés le courage et le caractère fort que l’on m’a toujours attribué par le passé ?

FIN DE NOTRE VIE COMMUNE : Mise en danger et prise de conscience

Terrorisée par cet homme malsain, je fais mon maximum pour qu’il me laisse tranquille.

Aujourd’hui, je ne suis que l’ombre de moi-même, je pleure souvent en cachette.

Quand nous sommes ensemble, tout est impeccable, je suis impeccable, je ne pose aucune question, ne cherche aucun réconfort, j’essuie ses remarques sans répliquer, je n’en ai plus la force….. je me suis transformée en robot, voir en zombie…

Cela dure des mois, je dois seulement supporter ses envies libidineuses en faisant semblant d’apprécier….. j’ai juste envie de vomir….

Incroyablement, nous passons un week-end silencieux, pas de prise de tête, pas de remarque, c’est normal, j’ai été tellement docile et malléable comme il le souhaite….

Il n’est pas parti la nuit rejoindre une autre femme….

L’heure tourne, je suis épuisée par cette peur constante de mal faire, je me dirige vers la chambre pour me coucher, il est 2h du matin, mais Fred m’agrippe le bras sans souffler un mot, qu’est-ce qu’il y a encore ?

J’ai peur de comprendre ce qu’il veut, ça fait trop longtemps que je n’ai plus envie de lui, je ne veux pas faire semblant, pas ce soir, pas cette nuit, je veux seulement dormir, alors j’exprime mon refus en retirant froidement mon bras….

article-0-000D86D91000044C-754_468x340-300x217

Refuser…. ça fait si longtemps que ça ne m’est pas arrivé que j’ai pu lire un mélange de surprise et colère dans ses yeux.

Il ne compte pas me laisser le choix, c’est lui le mâle dominant, mon refus est un véritable affront.

Je lui demande d’arrêter, ce qui le rend très agressif, à croire qu’il y trouve du plaisir, il me tient à la gorge et me plaque contre le mur et se plaque à son tour contre moi, je me débats comme je peux, je crie, je le frappe, il me fait de plus en plus mal et une fois de plus je ne peux rien faire, je suis en colère, humiliée au possible, coincée sous son étreinte, c’est une véritable masse par rapport à moi….

Ma main agrippe quelque chose d’assez lourd, le peu de force qu’il me reste me suffit pour lui envoyer l’objet au visage….

Il ne se passe plus rien, Fred m’a lâché, il se tient le nez, il y a du sang par terre, sur lui et sur moi…

Je n’ose plus bouger, je le regarde, le perforateur encore dans la main, prête à recommencer s’il le faut, tremblante, la respiration coupée, encore sous le choc de ce qu’il était en train de débuter……. il prononce quelque chose….. je n’ai pas compris…… et il est parti aux urgences…….

Prenant enfin conscience du danger qui me guettait, j’ai rempli ma voiture de tout ce que je pouvais sur le moment et j’ai pris la fuite…..

Heureusement que les amis sont toujours la, même si je n’ai pas donné de nouvelles pendant des mois, j’ai frappé chez l’un d’entre eux au milieu de la nuit, et elle m’a ouvert sa porte sans objecter…. je lui ai tout raconté devant un café… et j’ai habité quelques temps chez elle.

Il y a eu encore quelques péripéties suite à cette séparation tumultueuse, ça a pris fin avec la police car Fred me persécutait moi et mon amie, heureusement qu’elle ne s’est jamais laissée impressionner par lui, ou qu’elle ne l’a jamais laissé paraître devant lui !!!

Plusieurs mois après je suis partie vivre loin de lui et aussi de mes amis, il fallait que je recommence ma vie ailleurs, c’est pas facile tous les jours, je garde encore des séquelles suite cette histoire, mais j’avance et mon envie de me battre pour mon bien-être n’a jamais été aussi forte, je ne me suis plus jamais laissée dicter ma conduite.

FIN DE L’HISTOIRE

Laureen a eu la chance d’avoir eu une prise de conscience et le courage de prendre la fuite, ce qui est assez paradoxal. Cependant c’est la meilleure décision qu’elle a pu prendre .

Un manipulateur-Pervers n’a pas de sentiment de culpabilité, de ce fait il ne se remettra jamais en question, inutile d’essayer de comprendre ses agissements, d’espérer le voir changer ou de lui trouver des excuses comme elle a pu le faire.

Sa conduite tient d’un besoin de toute-puissance, il est dans le vrai, vous avez tort, un point c’est tout, et surtout, SURTOUT, il est plus fort que vous, évitez l’affrontement, c’est perdu d’avance.

Si vous vous reconnaissez dans l’histoire de Laureen, prenez vous aussi la fuite, et n’hésitez pas à demander de l’aide à un tiers en cas de difficultés. (avocat, psy, proche, etc…).

Est-ce que vous avez déjà vécu des relations toxiques comme celles de Laureen ? Ou est-ce qu’un de vos proches l’a vécu ? Comment en êtes vous sorti(e) ou comment avez-vous pu aider votre proche ? Tout cela nous intéresse beaucoup.

À propos Kalhys

Kalhys
Membre actif du forum des mentalistes, je suis une autodidacte toujours à l’affût de nouvelles connaissances. J'éprouve un certain intérêt pour tout ce qui peut sortir de l'ordinaire, il est donc normal que les sciences sociales retiennent mon attention. J'aime relever des défis, élargir mon cercle social, observer et écouter les autres... et manger des croissants aux abricots.

35 commentaires

  1. J’ai vécu une histoire semblable à celle de Laureen. Mais la mienne était.. A distance. J’ai encore beaucoup de mal à passer le cap, j’y repense souvent. Comment se faire « manipuler » et « dominer » à ce point-là, alors qu’au fond de nous, on en a conscience.. Au départ, tout était rose, j’étais moi aussi une vraie princesse. Puis il a commencé à avoir ses crises de colère, sans raison apparente. Parce que je ne répondais pas tout de suite à un message, parce qu’une photo de moi sur Facebook lui déplaisait, parce que j’étais rentrée trop tard. Il a commencé à m’imposer des conditions que j’ai accepté. Je devais demander la permission pour sortir, je ne devais pas fréquenter d’autres hommes. Je ne voyais presque plus mes amies.. Je m’étais renfermée sur moi-même, et j’ai aussi perdu énormément de poids. Cet homme me faisait peur, alors qu’il habitait dans le Sud (et moi dans le Nord). Au bout de quelques mois de relation, il avait tout détruit autour de moi sans vraiment l’être, et s’était accaparé ma personne, j’étais acquise, j’étais son objet. Il pouvait faire ce qu’il voulait de moi. Il n’avouait jamais ses torts, ne s’excusait jamais. Je le faisais à sa place, pour ne pas l’énerver, le mettre en colère. Après plus de 1an, j’ai tout simplement disjonctée. Je suis allée voir un psychologue, qui m’avait conseillée d’aller à la gendarmerie, chose que j’ai faite. Depuis, plus de nouvelles de lui. Et tant mieux ! Même si ce fût dur au départ, j’ai réalisé que ma vie était beaucoup mieux sans lui..

    Avec du recul, je me sens vraiment idiote de m’être laissée manipuler.. Ah l’amour. Sentiment qui nous fait perdre la tête. Je n’avais plus d’estime de moi. Et je commence seulement à la regagner.

    Alors courage à tout ceux qui ont déjà vécu ce genre d’histoire !

    • Kalhys

      Salut Absolute,
      Comme quoi même à distance, ces personnes arrivent à tout contrôler!

      Courage à toi et merci.

    • Je me suis trouvée dans ton histoire, je sortais d’un méchant divorce avec 4 enfants, il était là pour me donner du boulot puis je me suis mariée avec lui et eu un magnifique garçon aujourd’hui âgé de 14 ans.

      Lorsque j’ai compris que je sombrais dans la relation, j’ai vite demandé de l’aide à une psy qui m’a fait comprendre que je devais quitter le travail et chercher mon autonomie ailleurs.

      Lorsque j’ai quitté l’emploi dans notre société, il était devenu fou complètement fou, il a même menacé de m’interner. Je me suis orientée plus tard et jusqu’à ce jour dans une orientation d’aide aux personnes fragiles. Je vie pleinement ma vie maintenant. Je suis restée avec lui tout en devenant une autre personne complètement. Il a encore des hauts et des bas, ses critique glissent et j’ai trouvé un autre moyen de communication l’ignorer, ça ne me fait plus rien il peut dire ce qu’il veut. C’est ça qui l’a changé, le fait de ne pas lui répondre, il ne trouve plus sa proie. Depuis que je l’ignore et que ça ne me touche plus, il a changé de tactique, il est tendre mais dès que je cède un peu il revient au galop. Je me suis orientée vers les thérapies brèves et l’hypnose grace à lui et à sa maladie, je me suis perfectionnée au plus haut niveau. J’ai de la pitié et de la compassion, c’est une maladie. Beaucoup auraient, laché mais moi, je sais qu’il a besoin de moi, il me répète sans arrêt que sans moi, il serait perdu. Au fond de lui, il reste une âme meurtrie qui ne trouve sa paix que dans la violence d’autrui. Aujourd’hui, je peux dire que je l’ai vaincu, vraiment. En prenant confiance en moi, ça m’a permi de ne plus le confronter et diriger ma vie comme je l’entend. ça m’a permis aussi de grandir et de m’aimer un peu plus, c’est une chose que je n’avais pas en moi.
      Les pervers narcissiques cherchent toujours une proie pour la faire souffrir comme eux. Je ne vous conseille pas de rester, ou de partir ça c’est votre choix. Moi j’ai choisi de rester car je suis complètement tout une autre à vous de savoir ce que vous voulez. Un seul conseil, si vous êtes dans la même situation, faites vous aider par une personne compétente.
      Bises à tous et à toutes et belle et magnifique année 2014 remplie de bonheur et d’amour de vous mêmes
      Cannelle

  2. Top cet article Kalhys !

    J’ai connu à peu près la même chose. Mon ex était terriblement manipulatrice, je me suis éloigné de mes ami(e)s, elle était jalouse, possessive et me rabaissait sans cesses.

    PUIS au bout de 6 mois, j’ai changé d’attitude, et le rapport s’est inversé. Remise en question + utilisation des techniques de manipulation, oui, je me suis vengé, et c’est elle qui était dans une situation de stress, cette relation a fini par être ingérable donc on a stoppé.

    Ton article aidera bien des gens, j’en suis certain !

    A bientôt Kalhys,

    SkyDream

    • Kalhys

      C’est le but Skydream, si cette histoire peux aider d’autres personnes, j’en serai vraiment ravie!

      Merci pour ton com et à bientôt!

    • bonjour,

      Même genre d’expérience, j’étais une conne, une nulle, il était continuellement en train de regarder les autres femmes en me disant ce qu’elles avaient de bien, histoire de me rabaisser encore. J’avais l’impression de ne rien valoir.
      J’ai peu à peu toucher le fond, avant je ne sais comment de me réveiller et de me battre contre lui, je savais que c’était ça ou fini pour moi. J’ai fini par trouver la force de le quitter.

  3. C’est une histoire touchante ! Je lis beaucoup d’articles, de témoignages sur les forums sur les victimes de pervers narcissiques (manipulateur pervers comme vous dites), de véritables anges en public et démons en privé ! Je me suis intéressée à toutes ces formes de manipulations et notamment la psychologie, psychiatrie après avoir vécue une histoire de ce genre. Je ne suis pas étonnée du fait qu’il soit leader et qu’il est sa propre entreprise, c’est souvent le cas chez ce genre de personne à l’ego surdimensionné, il a besoin de se sentir supérieur aux autres. Il a une absence de sentiment de culpabilité, de remords, et probablement d’empathie envers les autres (sauf quand il met son masque, au début de votre histoire  » Je suis l’homme parfait, aimez-moi ! « ). Il détruit sa victime par manipulation mentale et harcèlement moral, il est sans aucune autocritique, incapable de la moindre frustration, absence de peur. Une fois que vous l’aimez, vous êtes pris aux pièges, c’est une sorte de martyr persécuté par la personne qu’il est déterminé à éliminer définitivement des scènes sociales, privées et professionnelles pour son propre bien être… Comme c’est le cas dans cette histoire où Laureen préfère rester dans sa chambre plutôt que de voir du monde. Même la personne avec un caractère fort peut se faire avoir par un pervers narcissique, ils ont ce « talent » de manipulateur et de simulation des émotions ! Il y a alors chez la victime, une confusion permanente entre la vérité et le mensonge, et Laureen s’est alors remise en doute sur ses compétences et a commencé à se prendre pour une « merde » à cause du pervers. Ce genre de personne trouve toujours le moyen d’avoir raison, il était probablement aussi mythomane. Il est même capable de se faire passer pour une victime et je suis étonnée qu’il n’ai pas dit  » c’est de ta faute si mon entreprise à coulé « .
    Les pervers narcissiques sont malheureusement nombreux, il y a beaucoup de gens qui vivent le calvaire qu’a vécu Laureen, ils sont aussi bien des femmes que des hommes à être pervers narcissiques. Il y a de grandes similitudes avec le psychopathe. Je n’ai pris connaissance d’aucun cas de ce genre qui est avoué être ce qu’il est. Et malheureusement il n’y a pas d’autres choix que de fuir ces gens là, on ne peut pas les aider.. Généralement il faut être bien entouré pour se sortir d’un cauchemar de ce genre, la famille et les amis proches, eux, ne sont pas aveuglés par ce qu’il est et ils peuvent vous guider, comme je l’ai été, ça a prit du temps mais je m’en suis sortie. J’étais follement amoureuse et malheureuse à la fois.
    Bravo à Laureen qui avait ses proches éloignés, pour son courage de fuir cet homme insupportable qu’elle a aimé.

    Cependant, j’éprouve une certaine compassion envers ces  » vomisseurs  » qui expulse leurs chaos et rendent malades les autres, car ils ne font que dupliquer ce qu’on leur a fait subir dans le passé, probablement durant l’enfance, avec souvent des parents négligeant par exemple. Comme quoi, c’est souvent une question d’éducation.

    Sachez que ces personnages sont fréquents, je suis sûre que vous en avez déjà croisé au moins 1 dans votre vie sans vous en rendre compte, votre patron peut très bien être un pervers narcissique. Fuyez, il n’y a que ça à faire pour maintenir un bon mental.

  4. J’ai vécu une situation similaire, avec ce qu’on appelle un pervers narcissique. L’isolement, les insultes insidieuses, le dénigrement perpétuel, la perte de poids, l’angoisse permanente, la remise en question constante (« mais qu’est ce que j’ai pu faire de mal pour qu’il m’en veuille aujourd’hui? »), la technique peur/soulagement … Je ne pense pas que je m’en remettrai un jour, mais aujourd’hui je peux détecter ces manipulateur en 10 minutes.

    • Kalhys

      Aurel, garde confiance en toi, laisse toi du temps, les choses s’arrangeront, si tu as réussi à le fuir, le plus gros du travail est fait.

      Courage, à bientôt.

  5. Merci pour ton témoignage, ça fait plaisir.

  6. Waouh.
    On peux dire que cet article percute !
    Laureen s’en est bien débrouillée, et vraiment c’est admirable, elle a du accomplir un énorme effort pour sortir du cercle vicieux dans lequel elle était.
    J’ai déjà vécu cela deux fois, les deux étaient des cas intéressants:
    – L’un, il y a 3 ans (Nous avions 12 ans à l’époque). J’étais nouveau dans ce collège, et je remarquais un gars entourés de gens divers, qui, normalement, « ne se serais jamais liés d’amitiés » autant filles que garçons (dans une classe de 5ème, les groupes mixtes sont plutôt rare), mais tous n’étaient que des gens ayant l’habitude de faire le mal autour d’eux, quand ils avaient l’occasion de dire ou faire du mal à autrui, ils le faisaient. Bref, et le gars, entouré de ces gens là (Il s’appelle Robinson), et bah lui il étaient sympa ! Sympa, adorable, sociable… Tout le monde (je dis bien tout les gens de la classe) le trouvais super. C’étais vraiment une star, il se faisait presque aduler.
    Mais ce mec, il profitais de ça, il sortais avec les filles intéressantes de la classe comme ça, pour le plaisir, et puis les laissaient tomber, et recommençais. Il profitait de ces relations pour pouvoir faire diverses choses, il étais totalement véreux, pourri, méchamment rusé.
    Et personne, je dis bien personne, ne le voyais comme tel. On aurais dit des aveugles ! Robinson par ci, Robinno par là… Et lui il siégais au milieu de ça, c’étais malsain au possible.
    Il insultait un mec, et tout ces larbins finissaient le travail. La victime revenaient ensuite dans le groupe et noyais son humiliation sur la victime suivante. Une relation maître-larbin était instaurée depuis quelques années entre lui et les autres personnes présentes dans ce minuscule collège.
    Personne ne s’en rendait compte …a part moi !
    Une fois je suis allé lui dire : moi  » Robinson, enfaite, je te blaire pas. Tu me déplais. C’est comme ça, DESOLÉ, mais je ne t’aime pas. »
    Notez bien le ‘désolé’. Il dégageais un tel charisme, c’étais difficile de lutter !
    -Lui (un sourire dans la voix) : « Mais moi non plus Thibault, moi non plus !  »
    Je me suis barré, glaçé par ce que je venais de faire. C’étais terrifiant.

    J’appris plus tard que son père était parti sans donner d’adresse lorsqu’il avais 7 ans en allant au cinéma ( ou quelque chose comme ça ) et qu’il n’étais jamais revenu. J’ai appris aussi que sa mère allais se remarier avec un prof du collège, qui, comble du hasard, puait la même toxicité que son futur beau-fils.

    Cela peux paraître improbable, voir risible, mais maintenant, ayant acquis certaines notions de Cold Reading, j’aurais juré reconnaître, d’après mes souvenirs, qu’ils utilisait certaines méthodes de manipulations tout droits sortis des sites tels que Mentalactif ou MentaSéduction. Et je suis presque sûr qu’il m’a fait une Calibration en bon et dû forme. C’a me fais frémir encore maintenant. Si je tenais Robinson par le cou, je n’aurais pas beaucoup d’hésitation avant de resserrer ma prise, qu’importe les pères, qu’importe les profs. Ce qu’il a pu faire dans sa vie vaut largement cet acte. Je n’ai mentionné que la partie façe de sa personnalité, j’ai omis tout les coups et tout les points qu’il a pu lettres a certaines personnes particulièrement fragiles. Sans jamais ce remettre en questions.

    Je pense que ça ce rapproche de notre histoire, non ?
    Il y’en a un autre

  7. Kalhys

    Salut Thib!

    honnêtement je ne sais pas si à 12 ans on peut vraiment émettre un jugement, surtout au Collège, il y a toujours des ‘stars’ dans les bandes de copains…

    Au plaisir!

  8. C’est un très belle article qui aidera surement beaucoup de personne

    Mes parents ont vécu une situation similaire. Autrefois, mon père était un homme fait de principes, sûre de lui (à la Robert Downey jr, trop drôle =)). Mais c’est ce qui a causé beaucoup de peine à ma mère. Elle a finit par ouvrir les yeux et s’en est sorti grâce à un ami. Aujourd’hui elle ne laisse plus personne lui marcher sur les pieds (ce qui conduit a de sacrées scènes comiques au quotidien =P).

    Mon père lui s’est réfugié dans les bras d’une femme toxique, très jalouse. Il avait le droit au insulte, au crise de jalousie, au chantage dès qu’il nous avait pour le week-end. La semaine comme il le disait si bien « elle est très gentille ». Mais ce que mes frères et moi voyons c’était juste une femme qui nous interdisait de manger et de se laver, on redoutait toujours ces fameux week-end, où l’on avançait en trainant des pieds avec la boule au ventre.

    On a fait subir les 400 coups à notre « belle-mère » ou mère pour certains d’entre nous et elle a pris conscience de certaines choses (la preuve que la manipulation s’apprends sur le terrain). Aujourd’hui, mon père ne peux toujours pas se détacher d’elle, mais il remonte doucement en même temps que cette femme qui acquière petit à petit de l’humanité.

    Pour ceux qui vivent cette situation, essayer de trouver quelques choses ou quelqu’un sur qui s’appuyer, mais surtout resté le plus possible détaché de la situation (On avait finit par transformer ces week-ends en kho-lanta, on en a quand même eu pas mal des fous rires =))

  9. Excusez moi le double post*

    Il y en a un autre, donc, dont je voudrais parler, mais cela c’est passé il y a a peine 4 mois, dans une colonie de vacances, et les blessures ne se sont pas encore refermées, donc je ne m’épancherais pas dessus. J’observe simplement qu’un ami (avec qui je correspond toujours), très charismatique lui aussi, qui se faisais aduler par tous ( même plus que Robinson), il étais très ouvert, et est directement venu me voir au début de la colo (c’est une colo ou les gens reviennent plusieurs fois de suite, c’est a dire pendant plus de 4 ans d’affilée par exemple, tout le monde se connaît. J’étais nouveau aussi.). Au lieu de me faire une ‘calibration’, je l’ai pris de cours et ai moi-même directement raconté ma vie, et des choses plutôt personnelles qui l’ont impressionné par leur fluidité et par la confiance avec laquelle je me confiais. On est devenus très potes, on sentait qu’on pouvais se faire confiance mutuellement. Bref, Martial et moi, c’étais a la vie a la mort.
    Mais c’est de Loaven dont je voudrais vous parler.
    Pareil que Robinson… Non, cinq fois pire !
    Vous savez ce que c’est, donc, un pervers narcissique. Doublé d’un psychopathe. Le mélange était explosif. Terrifiant aussi.
    Il étais aimé par tout le monde. Naturellement, je ne m’y inclus pas. (Je pense qu’après quelques dérives d’ordres privés j’ai acquis le flair nécessaire pour débusquer les gens dans son genre ;) ) Bref, il étais aussi ami avec Martial. Enfin, tout le monde l’étais, il avait vraiment une personnalité magnétique, donc on ne peux pas vraiment appeler ça de l’amitié. Ils blaguaient, se marraient, et c’est tout.
    Loaven a plusieurs fois menacé mon frère de le frapper. J’ai pas du tout aimé ça ! Mais je passais mon chemain, en faisant mine de ne rien voir, le gars me faisais trop peur. Alors que ce n’est pas mon genre du tout de laisser mon frère en détresse !
    Il étais sympa en apparence, quand il y avais des adultes, mais seuls, ils se retransformais et était loin de vouloir le cacher.
    Le dernier jour, il est venu vers moi:
    – » Eh Thibault, c’est le dernier jour » il eu un très beau sourire « et je veux m’éclater avant de partir, et je me suis dit que je pourrais te frapper ! »
    Je me suis figé. Il avais été franchement désagréable, insultant et agressif durant le séjour, dont il me l’avais déjà gâché, vu que la moitié des gens était terrorisée par lui et l’autre le suivais. Mais jamais il n’étais allé jusque là. Mais c’était compréhensible ; c’étais la fin, et il avait décidé de s’amuser et de profiter ! ….
    -« Mais… Mais sa va là ? »
    -« Bah quoi ? Tu veux pas ? » Il se marre.

    Bref, je pense que tout le monde s’est déjà fais agresser, donc je laisse tout le monde se souvenir, pas de problème. Juste que avant que sa tourne au sang, Martial est venu et l’a écarté. Loaven, ayant naturellement envie de continuer de jouer, lui demande vertement la raison pour laquelle il l’a empêché de continuer.
    Alors là, il s’est passé un truc intéressant. Deux gars totalement différends, ayant un certain « ascendant » sur la foule attroupée là, se retrouve côte à côte entrain de défendre un point de vue, et forçant implicitement la masse à prendre parti. 1 chance sur 2, c’étais serré.
    La foule n’a rien choisi, je suis parti, Martial m’a rejoint, j’ai alerté les anims, et happy end.
    Comme quoi, grâce à une personne exeptionellement altruiste (ou naïve peu être), un mec dans le genre pervers narcissique peux être bloquée, voire arrêtée. Bien sûr, le lendemain, il m’a insulté, il avais envie de me frapper, mais il s’est retenu, par peur de martial.
    Bref, dans ce texte, y’a beaucoup de lignes inutiles, mais t’en a certaines qui, j’espère, vous éclairerons sur le sujet ! ;)

  10. Si, si Khalis, j’exprime ça en connaissance de cause, j’ai connus des gens similaires, mais celui là sortais du lot, je suis convaincu de ce que j’avance.

    Au plaisir :)

  11. Article très intéressant, de même que les témoignages qui suivent. A croire que les personnes attirées par la manipulation et sa pratique en ont toutes été victime un jour… J’en profite donc pour apporter ma pierre à l’édifice car ça peut toujours servir à autrui. (je ne serais pas bref donc pour les plus impatients, je vous pris de lire le dernier paragraphe)

    Dans mon cas il ne s’agissait pas d’une petite copine complètement perverse qui s’est amusée à détruire ma vie point par point mais mon père qui a toujours fais de son mieux pour me priver de la stabilité dont chaque enfant à besoin pour se développer.

    Avec le temps, il ne m’a pas été difficile de comprendre ce qui les avait séparés, lui et ma mère, dans mon enfance. Séparation qui depuis mon plus jeune age m’est toujours apparue comme une bénédiction. Mais malgré tout, il restait mon père, et « dans les bons moments, il était vraiment une personne formidable »… n’est-ce pas là ce que disent toutes les victimes ?

    Néanmoins, j’ai donc toujours pris sur moi de le garder dans ma vie, d’abord parce que trop jeune pour bien saisir tout le mal qu’il me faisait, ensuite parce que de nouveau grand frère, bien que d’une mère différente.

    Le jeu était le même que que celui décris dans l’article ou les autres commentaires : des moments formidables entre un père et son fils, son premier né, son plus grand trésor à l’écouter, qui venaient ponctuer ça et là les interminables reproches et blâmes m’indiquant de la manière la plus explicite ou la plus brutale, selon l’humeur, mon incapacité et, bien sûr, mon extrême manque de volonté à être un bon fils, digne de son père… me faisant bien comprendre que si je poursuivais sur cette voie, il n’aurait plus rien à faire de ce fils aîné tant chéri, car après tout, des enfants, ils en a d’autres et peut encore en faire, alors que moi, je puis me détourner de lui autant que je le désire, j’ai besoin de lui, je suis « abîmé », par la faute de ma génitrice et lui seul peut me réparer…

    Mais comme dis, on a qu’un père, et dans mon cas, il était mon seul lien avec mes frères et soeurs.

    J’ai finalement trouvé la force de couper le contact avec lui parce qu’étant arrivé à un point dans ma vie où pour la millième fois j’en avais assez de tout ça, et pour la première fois, je pouvais le faire en étant au maximum d’entraîner les autres dans ma chute/mon envol, les deux petits n’étant plus si petits et ayant chacun un téléphone mobile (vive la technologie), j’ai pu tirer un trait sur une figure paternelle qui avait cessée d’être sans y perdre une soeur et un frère.

    Si j’ai décidé de relater cette histoire c’est pour deux raisons. La première étant de souligner le fait qu’il n’y a pas qu’en amour que le pervers narcissique peut frapper, et que dans un cas comme dans l’autre, quelque soit notre agresseur, amour ou parent, il faut savoir foutre le camp quand on en a l’occasion, car plus on attend, plus cela prendra de temps pour se reconstruire. Ne dit-on pas d’un carreau de chocolat « 10 secondes dans la bouche, 10 ans sur les hanches » ? Eh bien, sachez que face au pervers narcissique, c’est la même. Donc n’allez pas vous gaver de sa méchanceté et mettez les voiles aussi vite que possible !!

    J’énonçais une deuxième raison à mon petit témoignage, elle s’adresse tout particulièrement aux victimes qui on su se libérer de leur oppresseur. Vous avez appris à vous méfier des torts que l’on vous inflige, c’est bien. Apprenez maintenant à vous méfier de ceux que vous êtes susceptibles d’infliger à votre tour.

    Mon père, en dépit du portrait que j’en dresse n’est de loin pas un monstre et peut s’avérer être une personne riche en enseignements. J’ai donc beaucoup appris de lui. Mais parmi toutes ces choses, la manipulation en fait partie.

    Mon intérêt premier, dans cette quête qui m’a mené au mentalisme, était l’hypnose. Fasciné par celle-ci, j’ai fais beaucoup de recherches, ce qui m’a alors amené à découvrir d’autres formes de manipulations, telles que la PNL, le cold-reading et d’autres. La chose qu’il m’a alors été intéressante de découvrir fût le fait que bien des concepts et des techniques m’étaient déjà très familiers. Afin de me protéger, j’avais très jeune appris à les reconnaître, ce qui me garantissait une relative immunité à leur encontre, mais surtout, j’en étais moi-même un utilisateur averti.

    Etant doté d’une forte empathie, cela m’a toujours empêché de manipuler autrui d’une manière susceptible de lui causer un tort… Jusqu’à ce que…

    J’ai passé plusieurs années au bras d’une très charmante jeune fille qui est tombée éperdument amoureuse de moi, et dont je suis moi-même follement tombé amoureux. Tant et si bien qu’après quelques mois, elle avait trouvé le moyen de me  »séquestrer ». Après une longue et douloureuse bataille de presque un an, je suis parvenu à lui insuffler la force et la confiance en soi suffisante afin de calmer sa jalousie et, de mon coté, être en mesure de me rebattir une vie sociale.

    Agir de la sorte fut bénéfique pour notre couple et nous permit de poursuivre notre relation, mais comme chaque médaille a son revers, j’ai aussi acquis un ascendant énorme sur l’objet de mon amour. Et, oui, je l’avoue, si j’ai fais de mon mieux pour ne pas être comme mon père, dans mes pires moments, il m’est arrivé de flirter avec une frontière que je n’aurais pas aimé franchir, à la seule fin d’avoir le dernier mot, quand bien même les torts étaient partagés.

    Heureusement, je m’en suis aperçu à temps, et le dit  »objet » de mon amour est redevenu la personne à qui j’adressais mon amour. Je ne la manipulais alors plus que pour son bien, en la poussant par exemple à améliorer ses relations à sa famille ou à ne plus avoir peur de créer des liens d’amitié profonds, ou pour une occasionnelle tablette de chocolat (je n’ai jamais dis que j’étais un ange).

    Donc, s’il vous plaît, si vous aussi vous avez été démoli psychologiquement par une personne que vous aimiez, vous savez ce que ça fait, mais à présent, vous savez aussi comment le faire. Alors soyez attentifs et ne reproduisez pas.

    Merci d’avoir eu la patience de me lire.

    L.

    • Kalhys

      Sacré texte L.!!!

      La relation Pére/Fils est aussi une relation d’amour, mais effectivement, la manipulation toxique existe également dans les relations amicales et professionnelles.
      Contente de voir que tu n’as pas reproduit le même schéma que ton père avec tes proches et que tu utilises tes « connaissances » dans le bon sens.

      Merci pour ton récit.

    • L.  » Mon père, en dépit du portrait que j’en dresse n’est de loin pas un monstre et peut s’avérer être une personne riche en enseignements. J’ai donc beaucoup appris de lui.  » J’aime beaucoup cette phrase de L.

      Chaque être humain du plus sadique au plus bon nous apprend énormément. Moi-même je ne regretterai jamais d’avoir vécu une sale histoire pareille. Je ne sais pas ce qu’aurait été ma vie actuelle si je n’avais pas vécu ça, peut-être que je serais plus naïve, moins méfiante,.. et sûrement plus heureuse que maintenant, je l’avoue. J’ai un sérieux blocage affectif depuis cette histoire, il y a + de 2 ans, mais j’ai beaucoup gagné en connaissances ces 2 dernières années. J’ai davantage confiance en moi et j’ai l’impression d’avoir gagné en intelligence. Mes hobby actuels tournent à l’obsession de ne plus me faire avoir et de tout connaître de la manipulation et du mensonge, je n’avais aucune idée de quoi faire de ma vie avant d’avoir connu ce malheur, j’ai l’impression d’avoir trouvé ma voie professionnelle grâce à cette personne, enfin.
      Il m’arrive de vouloir me venger, je l’avoue, sur n’importe qui. Mais pensons à la bonne manipulation que nous enseigne Sixieme Sens et tant d’autres articles sur le net sur le mentalisme, en ayant toutes ces connaissances, on pourra le faire partager à notre entourage pour qu’il ne tombe pas lui aussi dans la spirale infernale du déclin.

  12. trop fort! je vous félicite
    j’ai deja vécu ca, j’etais encore jeune, tres jeune, et je sortais avec ce mec plus âgé, tout le monde le trouvait trop cool, il etait artiste et venait d’une famille respectueuse, je ne sais pas si je l’ai vraiment aimé ou bien fascinée, l’essentiel c’est que je faisais tout pour lui faire plaisir. il voulait toujours qu’on aille boire un café quelque part et à cause de mes etudes et surtout de mes parents ce n’etait pas toujours possible, c’st à ce moment qu’il a commencé à me prendre pour une gamine qui a encore peur de ses parents, il me disais qu’il va finir par sortir avec une autre fille, une qui fera tout pour lui. naive, j’ai commencé à mentir à mes parents, leurs disant que je vais reviser chez une copine. avec le temps il me demandait de sortir encore plus souvent, d’aller à des endroits que je connaissais pas, à chaque fois que je refuse il se moquait de moi, parfois je resiste, parfois non… ça a duré presque 1 mois, et puis je ne sais pas comment mais j’ai realisé que ce n’etait pas juste, je lui dis donc que ca ne peut plus continuer, c’est à ce moment la qu’il a commencé à etre mechant (il l’etait toujours mais je ne le voyait pas), il a commencé à me faire des menaces, qu’il va raconté tout ce qui est arrivé entre nous à tout le monde, et meme ajouter 1 ou 2 choses si ca lui plaisait, apres tout personne ne va croire une gamine. j’avais vraiment trop, trop peur, je ne savais pas quoi faire. j’ai laissé tomber, voulant proteger ma dignité. mais ça n’a pas duré longtemps, j’etais dégoutée, il me dégoutait, ce n’etait plus comme avant, il m’etait clair à ce moment que la gentillesse et la douceur qu’il feignait avant n’etait qu’un masque, et le voila dévoilé, il etait égocentrique et menteur.
    j’ai pas pu raconté ça à personne, j’avais peur que mes amis me prennent pour une fille facile et je ne savais aps quoi faire, puis une amie a entendu des rumeurs que ce mec sortait avec une fille de son lycée, alors elle est venue me demandé de tout lui raconter, au debut j’ai tout nié mais elle m’a dit qu’il n’etait pas un type bien, alors je luis ai tout raconté… elle m’a conseillé de lui faire face, de ne plus accepter cette situation humiliante, et c’est exactement ce que j’ai fait. j’ai dit a ce mec alors que ça m’etait bien égal, qu’il fasse ce qu’il voulait, je n’en pouvais plus, et je ne lui ai pas donné la chance de repondre ( cette fois on a parlé sur Facebook) . en fin de compte il a laissé tomber, je ne sais pas pourquoi…
    je suis restée intimidée et apeurée pour un peu de temps apres, pensant qu’il va reparaître un de ces jours, mais heureusement ce n’etait jamais reproduit. mais je ne vous cache pas que la simple pensée de lui me fait frissonner bien que ça fait plus que 4 ans…
    je sais que c’etait tout a fait ma faute, que j’etait naive et stupide.
    j’aimerais vous demandé si ce caractère dominant que ce genre de gens, les manipulateurs toxique, ont, reflete une forte personnalité ou bien au contraire, une faible personnalité et un manque de confiance en soi qui fait naitre en eux au besoin d’attention et de s’affirmer coute que coute?

    • Kalhys

      Salut sou,

      Leurs besoins de puissance traduit plutôt un manque de confiance.
      Pour palier à ce défaut de personnalité, ils utilisent des moyens tel que les mensonges, la mégalomanie, l’égocentrisme,le baratin.
      Tout ce qui peut servir pour écraser l’autre, les rehausseront dans leurs quêtes de domination perpétuelle.

      J’espère avoir répondu à ta question.

      A bientôt.

      • Le narcissisme est le fondement de la confiance en soi.
        Comment peut-il ne pas avoir confiance en lui en étant un narcissique et en ayant un ego surdimensionné ?

        • je crois qu’on est tous narcissiques d’une façon ou d’une autre, mais certains ne savent pas comment le gerer et le moderer. il y a un proverbe qui dit  » Fais semblant jusqu’à ce que ça marche !  » ( c’est SkyDream qui l’a employé dans un de ses articles ), à mon avis, ces gens la, qui manquent de confiance se disent qu’ils meritent mieux et que tout le monde dois obéir à leurs ordres c’est pour ça qu’il feignent ce caractère fort et obligent les autres, par tous les moyens ( mensonges, manipulation, moquerie, chantage..) à les obéir au lieu d’essayer honnêtement de gagner leur confiance et leur amour normalement

        • Kalhys

          Aurélie, le narcissisme représente l’amour de son image et pas la confiance en soi.

          A bientôt!

  13. bsr,
    depuis mon enfance j’étais sans cesse rabaissée par ma mère… en me disant que j’étais nulle que je finirai un jour sous les ponts que ma petite soeur était meilleure que moi…. bref tous les jours, tous les jours , tous les jours le même refrain… mes soeurs s’y mettaient aussi surtout l’une d’entres elle j’étais moche grosse et bête… à 18 ans j’ai fini par quitter la maison et me mettre en ménage avec l’homme que je croyais etre celui de ma vie! enfin de compte il était comme ma mère… bcp de ressemblance j’en prenais plein la tête que j’étais une mère nulle que je délaissais ma famille lorsque je voulais sortir avec mes amies pour m’aérer l’esprit!! cela à durer 17 ans jusqu’au jour où j’en ai pris plein la tête et m’a mis plus bas que terre et là j’ai dit stop!! je ne voulais plus cela je voulais du respect et être aimé en retour! il n’avait jamais confiance en moi que de tte façon après une soirée avec mes amis j’avais certainement couché à droite à gauche!!!! il fallait que cela cesse!!! et une amie m’a bcp soutenue mais au final tt ce qui m’arrivait de bien elle dénigrait tt il fallait que je sois à elle et à personne d’autre! lorsque j’ai pris du grade ds mon travail et qu’il fallait que je change de ville jamais elle ne montrait qu’elle était heureuse pour moi!!! elle ne voyait que le mal de ce qui pourrait arriver si je faisais comme moi je voulais et qu’il fallait faire comme elle voulait faire!!! au bout de 7 ans d’amitié je me suis rendu compte q’elle essayait de manipuler comme elle voulait que je sois! et au final elle a jeté son dévolu sur une amie qui avait été marié un manipulateur pervers et tt ce que vous voulez où elle a failli y passer…. je les repère vite maintenant et ils n’ont plus le tps de faire leur numéro de charme!!! ma mère je suis tjrs en contact avec elle, je sais qu’elle est malade et je sais aussi qu’elle ne se remettra jamais en question malheureusement! je lui ai dit ses fautes mais ne veut pas l’entendre car elle a forcément raison, et concernant mes soeurs je n’écoute plus car de tte façon quoi je fasse elles continuent de juger! elles ne me connaissent pas et ne savent ce que je suis devenue réellement… pour ma part j’aide les autres à aller mieux physiquement et mentalement… et pr ma fille je la pousse tjrs vers le haut qu’elle n’est pas nulle comme j’ai pu entendre une fois ds sa bouche et que ça m’a mis hors de moi!!! et qu’elle a tte les capacités pour réussir ds la vie si elle le souhaite! je ne sais pas vraiment si mon histoire correspond vraiment mais je me suis revu ds mon enfance à supporter les coups moralement et physiquement de ma chère et tendre maman. J’ai appris non pas à pardonner réellement mais à passer au dessus pour pouvoir avancer et une remise en question continuelle. même si ce n’est pas forcément à moi de le faire!
    bien à vous

    • Kalhys

      Merci pour ton histoire k,

      L’important est que tu trouves des solutions qui te conviennent et qui te permettent de mieux vivre la situation , tu sais très bien que ta mère ne se remettra pas en question, quoi qu’il arrive!

      Au plaisir.

  14. je vis actuellement une chose similaire j ai 59 ans je travaille depuis 32 ans dans la meme pharmacie je connais tout le monde et etais epanouie jusqu’a l arrivee de ma nouvelle patronne .je n ai plus le droit de parler aux clients elle change de place les produits sans arret me change mes horaires mes vacances me rabaisse sans cesse elle a fait partir toute l ancienne equipe tellement elle est mechante . il me faut attendre la retraite c est tres dur

  15. J’ai vécu une histoire très semblable… j’en ai maigri aussi….Finalement la meilleure chose à faire si j’avais à revivre cela serait d’écouter ma voix intérieure. Elle me parlait, me disait que c’était tout louche et même trop beau pour être vrai au début. Maintenant je l’écoute et quand je ne me sens pas bien avec une personne ou dans une situation, je fuis dans la mesure du possible.

  16. Bonjour je suis avec une victime de pn depuis 6 mois (elle est restée 1.5 ans avec lui) et la situation est souvent tendu, j’ai des fois le sentiment de ne plus avoir la force d’être à ces cotés, le sentiment abandonnique et la distance qu’elle m’impose est difficile a gérer. J’ai toujours cette sensation d’être présent mais des fois trop (apparemment).
    Des fois elle me dit que je l’aide énormément par mon écoute et ma prévenance des fois elle se sens étouffée et me repousse. Je me sens la force de continuer cette histoire, mais des fois je me dis que le retour est difficile.
    Je l’aime car je sais qui elle était avant cette décérébralisation, et je me dis que les choses se tasseront même si elles ne s’effaceront pas.
    Ma question est dois je continuer à être présent et juste profiter des bons moments ou dois je arrêter car elle a besoin d’être seule pour se reconstruire?

  17. Quelle justesse. 6 ans de vie commune avec un homme avec qui nous avons une fille d’aujourd’hui presque 14 ans. 11 ans après notre séparation, je marche toujours sur des oeufs… Mais notre fille est grande, et après bien des batailles en justice, elle parvient aujourd’hui à gérer son papa magnifiquement. J’ai moi-même « refait ma vie », mais je sais que je suis une grande « trauma ».
    Je souhaite à toutes les victimes de ce genre d’individus de se relever, et de rester elles-mêmes.
    Courage.

  18. Bonjour,
    Pendant de longs mois, j’ai correspondu par mails avec une femme de mon âge rencontrée sur un forum. Un forum d’aide aux personnes souhaitant se sevrer de psychotropes, donc des personnes « fragiles ». J’étais consciente qu’elle avait des problèmes. Mais comme j’en avais aussi…Au début nos échanges étaient sympas et je croyais m’être fait une copine, moi qui n’en ai pas dans la vraie vie. Elle avait, en plus de ses problèmes psychologiques un vécu médical assez impressionnant, beaucoup de pathologies graves. Tout au moins c’est ce qu’elle racontait. Peu à peu, nos échanges ont évolué. Ils étaient de plus en plus fréquents, c’était addictif. On s’écrivait tous les jours, parfois plusieurs fois par jour. Quand elle a eu une tablette, j’ai reçu des messages dictés et non corrigés, alors que moi je soignais chaque mail, me relisait…J’y ai passé un temps fou, et j’y ai laissé de l’énergie. J’essayais de lui « remonter le moral » avec mes propres difficultés, mais elle tenait à être la plus malheureuse. Je passais mon temps à me justifier, mais elle avait toujours raison, je culpabilisais d’avoir été moins malade qu’elle dans la vie. J’en rajoutais pour tenter de la convaincre. Elle a commencé à devenir désagréable. Quand j’ai compris qu’elle se sentait obligée de me répondre mais que je lui cassais les pieds car j’étais trop angoissée, j’ai coupé les ponts. Nets. Et là elle a montré son vrai visage, est venue me menacer sur mon fil du forum. Ses derniers mots ont été: « Je ne te louperai pas ». Elle s’est donné le beau rôle et a cherché à me blesser en appuyant là où ça fait mal. Je sais qu’elle risque de me harceler encore un moment, car elle estime avoir le droit de poster sur mon espace. Mais je n’ai pas peur. J’ai ressenti un grand soulagement en brisant cette relation malsaine. Et je ne rentrerai plus dans son jeu. Je suis juste étonnée de ne pas avoir compris plus tôt à qui j’avais affaire.

Poster une réponse

Votre adresse email ne sera jamais publiée. Les champs obligatoires sont indiqués *

*

5 − 5 =

Remonter